La sainte Église essaie autant que possible de repousser de ses enfants cette inconvenance juive aussi par la vénération de saint Joseph. Le SAUVEUR enseigne que ni pouvoir ni argent ni science apprise seule ne rend agréable à DIEU.

Le CHRIST devait descendre de la famille royale de David;  tel l’avaient prĂ©dit les prophètes. Mais qu’il dĂ»t venir d’une branche appauvrie de cette mĂŞme lignĂ©e, Ă  savoir non seule­ment de Sa Mère biologique, mais aussi de Son Père adoptif, il est bien possible qu’ils le pressentirent, sans l’avoir Ă©noncĂ©. Cela est et reste une indication de DIEU pour les hommes de tous les temps chrĂ©tiens: „Voyez, Joseph, le char­pentier de la race royale de David, un des plus grands dans le Royaume du FILS de DIEU ici-bas et dans l’au-delĂ !“

Si l’enfance et la jeunesse de la Sainte Vierge Marie montrent ce qu’il y a de plus beau et de meilleur, il n’en est pas autre­ment non plus de la part de saint Joseph. Ce ne sont pas de simples suppositions. Il est sĂ»r que saint Joseph est originaire de BethlĂ©em et vient de la famille de David. Ainsi il Ă©tait aussi l’heureux hĂ©ritier de toutes les bĂ©nĂ©dictions de cette maison. Il amenait dans sa vie le plus prĂ©cieux hĂ©ritage physique et moral.

Ă€ la bonne Ă©ducation, qu’il avait reçue avec reconnaissance de la maison de son père Jacob, toutes les qualitĂ©s saines et nobles s’Ă©panouissaient ... plus

La sainte Histoire

Elle nous raconte si peu de Joseph – et pourtant Ă©normĂ©ment si nous ouvrons notre cĹ“ur, afin que nous soyons capable quelque peu de reconnaĂ®tre.

En premier lieu l’Évangile selon Matthieu 1,16 rĂ©vèle sa des­cendance de la race royale de David: „Jacob engendra Joseph, l’Ă©poux de Marie, de laquelle fut nĂ© JĂ©sus, que l’on appelle Christ.“ C’est lĂ  que l’Ange le salua: „Joseph, fils de David, ne crains pas …“ (Mt 1,20) Saint Joseph est donc comme Marie issu d’un sang très noble. Mais mĂŞme un sang si noble ne dĂ©tient pas un titre lĂ©-gal au Royaume de DIEU. MĂŞme auprès de son propre peuple, ce sang noble ne pouvait pas non plus le protĂ©ger tout comme Marie de la pauvretĂ© et de l’insignifiance extĂ©rieures. Seule la plus grande et plus belle noblesse d’âme pouvait qualifier le simple travailleur de sang royal Ă  la plus haute vocation. Ce n’est mĂŞme pas l’ori­gine la plus Ă©levĂ©e, mais la beautĂ© et la grandeur intĂ©­rieures qui confèrent de l’importance aux yeux de DIEU.

DIEU nous donna dĂ©jĂ  cet enseignement extrĂŞmement im­por­tant par saint Joseph, avant mĂŞme que le FILS de DIEU incarnĂ© fut nommĂ© le “Fils du charpentier”. Mais comme le peuple Ă©lu dans son Ă©garement regardait davantage sur l’Ă©clat extĂ©rieur que sur la grandeur intĂ©rieure, il sous-estima non seulement la Sainte Famille, mais aussi JÉSUS, le Fils adoptif du charpentier de Nazareth. Il ne l’a pas reconnu, oui mĂŞme rejetĂ© et crucifiĂ©.

Combien la surestimation juive de pouvoir et d’argent malgrĂ© l’enseignement et l’exemple du SAUVEUR adhère encore Ă  tant de chrĂ©tiens de nos jours!