Le 19.09.2010 j’ai adhéré à la Communauté laïque de saint Joseph, bien que mon admission fût incertaine. Je me suis juste dit: „Qui ne risque rien n’a rien!“ La joie fut très grande lorsque Mère Paula, respectivement saint Joseph, m’a admis et accueilli.
Je lus et je lis assidûment les lettres mensuelles de la Com­mu­nauté et je suis sans arrêt très surpris sur cette gran­deur vraiment inépuisable en vertus que possède cet homme. (D. J.)

* * *

Tout à fait typique à saint Joseph: Mon mari et moi sommes partis vendredi pour Reichenfels (Autriche) pour visiter une usine de travail du bois. Ensuite le soir nous sommes re­tournés à Padou et nous avons pu “passer” la matinée du sa­me­di auprès de saint Antoine. À la partie arrière de la Basi­lique se trouve aussi une petite chapelle de saint Joseph. Mais on ne pouvait pas entrer dans cette pièce, la grille était fermée. Voilà que je me tenait devant cette grille – à ce moment-là il n’y avait personne, sûrement parce que le Saint Sacrifice de la Messe avait été célébré – or je me suis mise à prier la petite prière de la Communauté laïque lorsqu’un Père âgé s’approcha avec un arrosoir. Il me salua et remarqua tout de suite la médaille de saint Joseph. Malheureusement je ne comprends pas très bien l’italien, mais il a regardé la mé­daille de saint Joseph et puis il a ouvert la grille en montrant que je pouvais entrer du temps qu’il arrose les plantes. Ensuite il s’est agenouillé aussi et s’est mis à prier à “haute voix” un “Notre PÈRE”. Un peu plus tard un homme avec un enfant est aussi entré – un moment très fort pour moi. Dans mon sac j’avais encore une petite image de saint Joseph de vous. Je l’ai donné au prêtre qui s’est vraiment réjoui. Parfois il me semble que saint Joseph me dit: „Viens!“ – Il est tou­jours là apparemment d’une manière “inaperçue”. (M. A.)

* * *

Un miracle de Pâques: Ma grand-mère était gravement ma­lade, quasi sur le point de mourir. Alors pendant quelques jours j’ai placé la médaille de saint Joseph sous son oreiller et j’ai commencé à la bénir avec de l’eau bénite. De jour en jour elle se sentait mieux, elle récupérait des forces, mangeait et buvait de nouveau. Elle a pu de nouveau se relever de son lit et effectivement s’asseoir sur un fauteuil roulant, pour ainsi dire une prolongation du bon DIEU – une résurrection et cela à l’âge de 95 ans! Son esprit est encore bien agile. N’est-ce pas incroyable? Alléluia! (K. W.)

* * *

La bonne place: J’ai enfin trouvé du travail – et ce à partir du premier mai (fête de saint Joseph) un emploi à mi-temps (19 heures et demi par semaine) dans une maison de re­traite. J’y travaillerai en tant que “accompagnateur quotidien de re­traités” et je m’en réjouie énormément. Je peux même aller en vélo au travail et n’ai besoin à peu près que de 15 minutes … c’est vraiment merveilleux! – Merci à saint Joseph qui m’a conduit exactement à la bonne place et j’en suis fermement convaincu! Loué soit le SEIGNEUR!!! (A. G.)

* * *

Après maintes déceptions en relation avec les femmes qui ne veulent rien savoir d’un chemin de foi et d’une relation à DIEU, je me suis mis à réfléchir: „S’il y avait quelqu’un qui puisse m’aider à trouver une partenaire, alors ce serait sûre­ment saint Joseph.“ Puis j’écrivis une lettre courte en com­men­çant en même temps une neuvaine à saint Joseph. Dans la lettre je ne demandais pas que pour moi, mais aussi pour une jeune fille qui souhaitait ardemment trouver un bon ami. En ce temps-là je ne parlais que brièvement à saint Joseph, étant d’avis qu’il n’y aurait personne qui soit prêt à faire ce long trajet le dimanche pour le Saint Sacrifice de la Messe. Malgré tout je n’ai pas désespéré – et finalement on m’a ouvert les yeux.
Deux à trois mois environ passèrent lorsque ma femme actuelle me rencontra. Cela faisait déjà huit ans que nous nous connaissions. Longtemps nous n’avions plus de contact et sur ce nous décidâmes d’entreprendre de temps à autre quelque chose ensemble, jusqu’au temps de l’Avent où nous ressentîmes dans notre cœur une affection mutuelle. Huit mois s’écoulèrent jusqu’au mariage. En ces huit mois nous ressentîmes sans cesse l’aide de saint Joseph, que ce soit dans le choix des alliances, dans les préparations du mariage, etc. En ces moments nous n’étions pas conscients qu’il s’agis­sait de son aide. Ce n’est que plus tard que nous en avions pris conscience et étions étonnés que tous nos sou­haits puissent se dérouler harmonieusement et sans en­combre et se concrétiser parfaitement. Excusez-moi l’expression, mais c’est la “typique” façon de faire de saint Joseph silencieux. „Merci, saint Joseph!“
Un bon ami pour cette jeune fille a été également trouvé et ils sont mariés actuellement. (D. J.)

* * *

Une femme a au Nicaragua une sœur, dont son fils est grave­ment handicapé – il ne peut parler, ni manger seul, ni tenir sa tête. Cette femme me demanda: „Pourrais-tu m’aider à acheter une chaise roulante, même si tu ne peux que me donner 10 francs?“ Ma réponse: „J’aide l’Église et saint joseph m’aide.“ J’ai donc passé plusieurs coups de fil à di­verses œuvres sociales. Cela a marché. Une gentille dame me promit qu’elle en parlerait à son chef. Trois jours plus tard elle m’appela, elle aurait deux chaises roulantes au choix. Nous y allâmes toutes les deux et nous purent prendre une chaise roulante très convenable avec appuie-tête. Les gens voulaient savoir comment j’avais trouvé cette source. Ma ré­ponse: „Saint Joseph a aidé.“ (R. E.)

* * *

Saint Joseph peut entrainer la “chute” des arbres. – Comme notre communauté de prêtres et de religieuses ne vit que de dons libres, un grand souci financier vint à l’improviste. Notre centrale téléphonique devait être remplacée dans les plus brefs délais, vu qu’elle était trop ancienne et qu’il n’y avait plus moyen de trouver des téléphones correspondants. Pen­dant un à deux mois ma consœur et moi-même, nous nous consacrâmes intensivement afin d’obtenir différents devis de diverses entreprises. Malheureusement les prix pour notre bud­get étaient tous trop hauts et nous étions inquiètes sur la manière de pouvoir rassembler autant d’argent tout en pou­vant continuer à régler les factures constantes.
Sans cesse nos prières s’adressèrent instamment à saint Joseph, qui peut rendre possible l’impossible! Ayant ainsi ras­semblé tous les devis et voulant les montrer à nos supérieurs pour qu’ils décident, voilà qu’arriva l’inattendu. Il y eut une coupure de courant totale, environ cinq communes furent tou­chées. Après environ 40 minutes le courant revint, ce­pen­dant notre vieille installation téléphonique ne donna plus signe de vie. Bonheur ou malheur, qui sait? Ce problème fut aussitôt remédié, (nous avons directement commuté notre numéro de téléphone sur un portable), vu que nous devons être constamment joignable pour l’encadrement de nos fi­dèles et l’activité pastorale envers les âmes. Comme la cen­trale téléphonique était trop vieille, impossible de recevoir des pièces de rechange, pour ainsi dire le dommage était irréparable. Nous concertâmes aussitôt nos supérieurs et heu­reusement nous pûmes présenter les devis sur quoi ils purent se décider sur l’installation appropriée. Le lendemain l’entre­prise passa. Ils avaient l’installation téléphonique sou­hai­tée en stock avec quasiment tous les accessoires et ils nous installèrent tout cela en moins de quelques heures. Bien­tôt nous fûmes de nouveau joignables sur notre télé­phone fixe. Le jour suivant les travaux finaux furent effectués et nous fûmes surpris comme tout coordonna sans difficultés, puisque cela arriva vraiment à l’improviste pour notre com­munauté.
L’entreprise téléphonique nous délivra une certification que le dommage de notre vieille installation téléphonique était suite à la coupure de courant. Nous envoyâmes cette affaire à notre assurance. Il se révéla que des forestiers dans les en­vi­rons abattirent des arbres et qu’un arbre toucha un pylône électrique. On nous informa que l’indemnisation ne sera éva­luée qu’à la juste valeur de l’ancienne installation et éven­tuel­le­ment d’après les frais de réparation. Ceci fut presque un choc, car elle était si vieille que pour elle nous n’aurions reçu que quelques centaines de francs. Une fois de plus notre re­fuge fut saint Joseph. Des semaines passèrent, il s’agissait d’attendre. Puis vint le jour: exactement le mer­credi de la Semaine Sainte nous reçûmes la bonne nou­velle de l’assu­rance qu’y venait transférer l’intégralité de la somme de la nouvelle installation téléphonique avec tous les ac­ces­soires et les travaux d’installation! Nous avons dû nous asseoir à cause de la joie et de la très grande grati­tude!!! Comme nous pou­vions à peine le croire, nous lûmes plusieurs fois en toute con­science le message, si nous avions réel­le­ment bien lu. C’est avec précipitation que nous appor­tâmes cette bonne nou­velle à nos supérieurs, qui ne trouvèrent guère de mots, sauf: „Merci, saint Joseph!“  (S. d. l. S. M. É.)

*  *  *

Saint Joseph a incroyablement aidé! En fin de semaine j’ai en­tendu d’un ami qu’il veut déménager. Je lui ai demandé si son appartement était encore libre. Il affirma qu’il l’était et me dit qu’il en parlera à la propriétaire. Une semaine plus tard il nous dit de venir au moins voir l’appartement. Aussitôt dit, aussitôt fait! L’appartement plut tout de suite à ma femme et à moi-même aussi. On aurait aimé volontiers dé­mé­nager tout de suite. Avec les prix de loyers actuels et les frais d’agence cela serait un coup de chance absolu.
Voulant justement partir, voilà que la propriétaire montait les escaliers. Nous demandâmes spontanément si l’appartement était encore libre. Elle nous dit que quelqu’un d’autre s’in­té­res­serait aussi à cet appartement, mais que nous pouvions volontiers nous présenter chez elle. Une semaine plus tard nous avions un rendez-vous chez la propriétaire. Elle nous montra quelques détails mais souligna que quelqu’un d’autre était intéressé. Nous lui dîmes que nous aussi aimerions louer cet appartement.
Une semaine plus tard je passais en voiture devant la même maison et mon téléphone sonna – à l’appareil la propriétaire. Elle demanda si nous étions toujours intéressés pour cet ap­par­te­ment, elle se serait décidée pour nous.
„Cher saint Joseph, nous te rendons grâce!“ Et aussi un grand merci à vous Mère Paula! (D. J.)

*  *  *

Puis-je vous raconter un fait merveilleux:
Le mardi, avant le jour de saint Joseph, je voulais aller au Saint Sacrifice de la Messe. En route j’ai remarqué que ma voi­ture avait un problème. Je me suis arrêtée sur un parking et ne pouvais plus redémarrer. J’ai dû appeler le service de dépannage et il s’est avéré que la courroie dentée était cas­sée. Dommage total.
Le jour de saint Joseph, chez nous un jour férié, nous avons un peu regardé aux alentours pour chercher une autre voi­ture. J’ai prié saint Joseph de m’en montrer une – et il m’en a montré une – dès le premier garage. Au début je ne l’avais pas vraiment remarquée et nous avons continué à chercher ailleurs. Mais nulle part ne se trouvait quelque chose qui con­venait. Or pour finir nous sommes retournés au pre­mier en­droit et là saint Joseph m’a montré encore une fois la “petite” voiture blanche.
Le jour suivant nous nous sommes renseignés au sujet de la voiture et on nous a dit que cette voiture était déjà “promise” à quelqu’un. Or le soir même le garagiste nous a téléphoné pour nous dire que le client avait changé d’avis et que nous pouvions avoir la voiture … merveilleux! Je me suis tellement, tellement réjouie.
Merci, Mère Paula, pour la Communauté laïque de saint Joseph! (M. A.)

*  *  *

Recherche urgente d’appartement – avec saint Joseph:
On me signala que je devais quitter dans les plus brefs délais mon appartement. Le bailleur plaida à utiliser lui-même les locaux. La maison entière devait être rénovée ce qui d’ailleurs est vraiment urgent.
Je me trouvais à court de bons conseils, mais pas pour saint Joseph! Voilà que je devais trouver au plus vite un ap­par­te­ment ce qui est exceptionnellement difficile sur notre marché du logement. L’avis vint au mois de septembre et une limite au plus tard jusqu’en juin de l’année prochaine m’a été fixé. Pour ma mère et moi il nous était évident que nous de­vions prier saint joseph pour un bon appartement. Nous priâmes ensemble la neuvaine de saint Joseph. Et j’ajoutais en plus à saint Joseph, que lui aussi et le bon DIEU devaient se sentir à leur aise dans le nouveau appartement.
En 4 mois j’ai eu la chance de trouver un appartement. De plus un si merveilleux que je n’aurais jamais osé m’imaginer. Et ce qui était encore très spécial, 150 personnes étaient intéressées pour cet appartement et c’est moi qui l’ai reçu. Je remercie éternellement saint Joseph! (M. J.)

*  *  *

Ma mère est entrée à l’hôpital avec une très grave pneumonie infectée. Son état était extrêmement grave et préoccupant. Nous nous attendions à tout. J’avais reçu une petite bouteille d’huile de saint Joseph de Montréal que je pris avec moi à l’hôpital pour en donner un petit peu à chaque fois à ma mère. Mes sœurs en firent autant. Bien vite l’état de santé de ma mère s’améliora. On peut vraiment dire qu’elle était presque morte. Nous devons beaucoup à la puissante in­ter­cession de saint Joseph  - il porta de nombreuses prières à son FILS divin. Ma mère a eu la chance de quitter cet état ma­ladif pour continuer à vivre. Malgré tout je me serais ré­joui pour ma mère si elle avait pu rencontrer saint Joseph au Ciel. „Merci beaucoup, mon cher DIEU – mon cher saint Joseph!“ (D. J.)

*  *  *

Bien que je n’aie pas appelé saint Joseph pour des préoc­cu­pations liées à la santé, ce Saint m’a souvent fait re­con­naitre qu’il veille sur moi. Un exemple était la longue recherche que je fis pour retrouver des documents importants mais sans succès. C’est dans cette impasse que j’ai prié saint Joseph de m’aider, car c’était mon portefeuille avec permis de conduire, carte de crédit, numéro de téléphone que je peux composer si en route j’avais des problèmes avec ma voiture, carte d’identification de ma caisse maladie. Presque tout de suite mon portefeuille réapparut à un endroit bien visible. „Merci, saint Joseph!“ (L. T.)

Un Jour particulièrement heureux pour vous et saint Joseph et pour tous ceux qui se joignent de tout cœur à la “Com­munauté laïque de saint Joseph” – même pour nous. Nous voulons vous faire part et naturellement à saint Joseph de notre joie et reconnaissance en vue de cette fondation! Un nouveau cadeau de grâces du Ciel … „Le temps travaille pour nous!“, ces paroles vous les avez dites déjà avec confiance, il y a de cela environ 30 ans, et elles se re­con­firment sans cesse. (S. d. l. S. M. É.)
 

* * *

En union de prière et merci de nous avoir consacré à saint Joseph! (B. S.)

* * *

En tant que membre de la Communauté nous voulons prier afin que nous laissions croitre notre piété comme le souhaite saint Joseph. (R. A.)
 

* * *

La prière à saint Joseph fortifie ma confiance que mon fils revienne sur le bon chemin. (H. F.)
 

* * *

Une dame âgée se manifesta pour être accueillie dans la Communauté laïque. Elle était depuis toujours une âme dé­vouée à saint Joseph. Lorsqu’elle apprit qu’elle pouvait venir, elle dit: „Je pourrais jubiler de joie!“ Elle se revêtit de sa plus belle robe pour cette occasion. Elle retourna chez elle comblée de bonheur. (B. N.)
 

* * *

Des USA: C’est pour moi difficile à comprendre pourquoi saint Joseph, qui était si proche de JÉSUS et de Marie, est si ignoré. Je vous remercie de m’avoir accueilli dans la “Com­mu­nauté laïque de saint Joseph”, par laquelle je peux accroitre ma dévotion à saint Joseph. Les règles me sont très utiles pour tenir mes pensées et mes actes en union avec tout autre membre de la Communauté laïque. (L. T.)
 

* * *

Au travail j’ai emballé des médicaments, lorsque soudain l’échantillon avait disparu sans laisser de traces. Plusieurs personnes le recherchèrent pendant un bon moment sans succès. Je quittai mon poste de travail pour aller à une séance. Chemin faisant, j’ai demandé l’aide de saint Joseph et offert un “Je Te salue, saint Joseph” à saint Antoine.

* * *

Revenant de la séance à mon poste, une remplaçante me raconta que l’échantillon avait été retrouvé. Il y aurait eu des problèmes si cet échantillon était tombé parmi la mar­chandise prête à la vente. (H. J. M.)
 

* * *

Je tiens à partager le fait suivant:
Peu avant le changement d’une station à une autre, j’ai reçu un dentier. Au début j’ai pensé que les douleurs et les petites plaies disparaitraient. Le dentier inférieur ne tenait pas comme il faut et je pouvais à peine manger cor­rec­tement. Après que plus rien n’aida (pommade, etc.), j’ai utilisé dans ma détresse l’huile de saint Joseph en priant saint Frère André. Le lendemain le dentier tenait par­faite­ment et les petites plaies avaient disparu. Jusqu’à ce jour je n’ai plus de difficultés.
Même pour le travail, je ne sais pas souvent si j’arriverai à temps à le terminer, et pourtant j’y parviens. Dans beau­coup de petites choses je ressens l’aide de saint Joseph. (R. B.)
 

* * *

Enfin je peux vous écrire pour vous remercier des deux nouvelles et plus encore du matériel et de la médaille de saint joseph, que vous m’avez fait parvenir. Je développe en moi un culte à saint Joseph, comme je ne l’avais jamais eu au­paravant. Aucunes paroles ne peuvent exprimer la re­con­naissance, combien le progrès spirituel grâce à la “Communauté laïque de saint Joseph” m’est important. (L. T. USA)

* * *

Je me sens si bien dans la Communauté laïque. Avec lui, saint Joseph, on arrive à faire tant de choses. Grâce à mon oui, beaucoup de choses ont changé. Il me semble que tout est plus supportable et j’ai appris à gérer les situations avec plus d’humour. On ne change rien d’ailleurs à certains faits, donc on doit en fin de compte les supporter. Et c’est justement là que saint Joseph m’aide.
Bien que j’offre mes prières, même si elles ne sont pas nombreuses, à saint Joseph, il me comble de bienfaits en­core et encore. Mon mari est plus compréhensif et à mon écoute, etc. Puis je repense, comment est-ce possible vu que j’ai tout confié à saint Joseph? Mais on reçoit réelle­ment en retour le centuple. (M. I.)

* * *

Je suis content que vous m’accueilliez dans votre Com­mu­nauté. Je ne suis pas parfait, mais j’ai besoin de quelqu’un auprès duquel je puisse aller, et que je sente un soutien apporté, que ce soit par la prière, par les Sacre­ments, car il me manque quelque chose dont il est difficile de combler … Saint Joseph m’a prouvé plusieurs fois qu’il est là, et qu’il m’était une très grande aide dans quelques épreuves. Ainsi je pourrai le remercier plus encore et plus souvent, quand j’appartiendrai à la Communauté. Je l’invoque souvent pour notre travail et famille … Depuis que j’appartiens à la Communauté laïque de saint Joseph, je me sens beaucoup mieux, moralement et spirituellement. (J. D.)

* * *

Ma belle expérience avec saint Joseph:
Chaque année de nouveaux élèves sont scolarisés. Pour cela il y a une date d’inscription, comme il en est le cas cette an­née aussi. Le jour de l’inscription de nombreux parents avec leurs enfants se tenaient à la porte du secrétariat sco­laire, impatients et agités (ce qui est bien com­préhen­sible). Tout le monde voulait être le premier et personne ne voulait attendre, et dans le couloir menant au secrétariat on pou­vait entendre dans cette cohue l’un ou l’autre mot pas très convenable. Enfin, cela revendiquait beaucoup de temps de contrôler les bulletins d’inscription pour s’assurer qu’ils étaient parfaitement remplis. „Au secours! Comment venir à bout de cette situation?“, pensais-je. Mon inquié­tude était pourtant de traiter toute personne en particulier avec gen­tillesse et attention. C’est pourquoi j’implorai l’aide de saint Joseph. Donc je me suis mis à dire en silence et de tout cœur: „Je T’en prie, saint Joseph, aide moi! Qui donc, sinon Toi.“ Voilà que c’était le tour du prochain élève, un beau garçon aux yeux d’un bleu intense. Ses parents me pré­sen­tèrent son bulletin d’inscription, je comparai les dates d’inscription, et quand je lus le prénom du garçon, tout était aussitôt clair. Je l’interprétais comme un signe de saint Joseph. Le garçon s’appelait JOSEPH. Tout de suite je res­sentis comme si saint Joseph disait: „Je suis auprès de toi et t’aide.“ Soudain une force, sécurité et satisfaction m’em­poigna.
70 élèves étaient présents qui sont passés en 2 ½ heures. Épuisée, mais contente je rentrai chez moi, remerciai … (J. M.)

* * *

J’éprouve le besoin de vous raconter combien saint Joseph a aidé merveilleusement. La femme de mon neveux et mère de trois enfants décéda. Il reçut bientôt une aide pour les en­fants et le ménage, qui n’en resta pas là. Cela ne dura pas très longtemps, et voilà que les enfants ne s’enten­dirent pas avec cette femme – ils pleuraient souvent et venaient se plaindre à moi de leur chagrin. Les enfants voulaient le raconter également au père, mais ce dernier était toute la journée au travail. Enfin le jour arriva, où cette femme dût quitter la maison.
Combien de temps cela dura pour qu’une autre femme vienne à la maison, je ne sais pas. Cependant le jour arriva et la mi­sère recommença à zéro. De nouveau les enfants ne s’en­ten­daient pas avec cette femme. Je n’appris que plus tard tout ce drame. La pensée: „Il n’y a que saint Joseph qui peut aider ici.“ Je commençai aussitôt une dévotion de 30 jours en sa fa­veur. Pas tout à fait à la fin des 30 jours, j’appris la nou­velle, que cette femme avait quitté éga­le­ment la maison. Les enfants sont plus qu’heureux et merci à saint Joseph! (H. F.)

* * *

Cela fait depuis un an maintenant que j’appartiens à la “Communauté laïque de saint Joseph” et dès le premier in­stant il est là. Oui, je n’ai besoin que de le prendre avec ma main et je rencontre tout de suite sa main secourable. Ainsi je me sens toujours sous sa protection et elle ne fait tout simplement que du bien et m’encourage. Aussi je lui recom­mande tous les jours mes fils, particulièrement le plus jeune, Michel. Comme il n’a peu de conduite paternelle, je prie par­ti­culièrement saint Joseph de le prendre par la main et de lui être un père. Je fais confiance au père élu du FILS divin et je l’en remercie profondément aussi de tout mon cœur. Je dé­pose ma vie à ses pieds et lui demande l’amour, l’humilité, l’obéissance … là où il est sans faute. Je suis en sécurité sous sa protection et me réfugie souvent auprès de lui. (R. M.)

* * *

Merci pour les quelques lignes qui me réjouissent énor­mé­ment. Je suis contente d’appartenir à la Communauté de saint Joseph qui m’a beaucoup apporté et aidé. J’avais un grand vide en moi, maintenant il est rempli tous les jours, je me sens moins seule, plus joyeuse et j’apprécie davantage la vie au quotidien qui devient vraiment de plus en plus dure avec la crise. Je peux prendre les choses plus positivement et avec moins de crainte. Je ne regrette pas mon choix et dès que je peux, je reviendrai, car à Rehetobel on reçoit les grâces autrement et on peut continuer de nouveau avec plus de force. (D. I.)

* * *

Dans le domaine des relations humaines, particulièrement dans des conversations, comme par exemple lors d’une com­munication téléphonique avec une personne, qui sort très vite de ses gonds, saint Joseph m’a aidé à rester calme et à trou­ver les bons mots sur un ton correct. Mon correspondant s’est subitement calmé à l’autre bout de la ligne, était com­pré­hen­sif et ainsi la paix était rétablie. Merci à saint Joseph! Qu’il m’apprenne à faire face aux situations difficiles, dans les­quelles la fermeté de vouloir avoir toujours raison veut m’op­pri­mer, et ainsi ma peur se dissipe, car je suis en sécu­rité et guidée. C’est ainsi qu’il est sûr que pas à pas des miracles sensationnels s’accomplissent, que je ne peux que recon­naitre et voir aussi pour en remercier saint Joseph et le louer en tant que Père du FILS de DIEU et Époux de la Mère de DIEU. Je peux aller à lui – comme c’est impressionnant – et il pose son regard aimable et compréhensif sur moi. (R. M.)

* * *

Peu avant Noël 2011 j’étais dans un magasin de prêt-à-porter et j’essayai des chemisiers. En changeant de chemisier j’ai ôté par mégarde ma médaille de saint Joseph, la posant alors sur le banc et l’oubliant ensuite en quittant la cabine d’es­say­age. Aussitôt après moi une femme entra dans la même cabine. Presque au même moment je remarquais ma négli­gence, je frappais en disant avoir oublié quelque chose, à quoi la femme répondit qu’il n’y avait rien. Comme je me suis sentie misérable – distraite et étourdie, j’ai oublié ma médaille de saint Joseph. J’ai prié sans arrêt saint Joseph pour récupérer la médaille.
Après cinq mois j’avais de nouveau ma médaille. Puis-je ra­con­ter comment cela se passa. Depuis des années déjà je joue aux cartes avec quelques femmes âgées dans un re­stau­rant. La propriétaire sait que je vénère saint Joseph. Quelque temps auparavant, elle voulait à court terme que je lui décore une bouteille pour l’eau bénite. Et comme je n’avais pas de bouteilles prêtes, je lui ai donné la mienne, justement avec l’image de saint Joseph.
Voilà que je m’étais à peine assisse, que la femme s’approcha et posa devant moi sur la table la médaille de saint Joseph en disant: „Regarde je te donne aussi pour une fois quelque chose.“ J’ai pleuré de joie.
La femme me raconta, que son mari avec sa fille avait pris le train pour Berne (Viège en direction de Berne). Il devait aller à l’hôpital universitaire de Berne pour d’autres analyses au su­jet d’un diagnostic cancéreux. Au chemin du retour les deux s’étaient assis sans faire attention à une place réservée. C’est pour cette raison qu’ils durent plus tard changer de place – et c’est là sur l’autre siège que se trouvait la médaille de saint Joseph.
Au début, je pensais qu’on pouvait l’acheter quelque part ou que quelqu’un d’autre l’avait perdue. Ce n’est que lorsqu’on me dit que l’on ne trouve nulle part cette médaille et que j’ai reçu confirmation de la part de Mère Paula, qu’elle doit être ma médaille, que j’ai reconnu par-là quel grand cadeau in­cro­yable m’a été donnée.
Comme est grandiose l’œuvre de saint Joseph! – De quelles paroles on peut le décrire. (M. A.)

* * *

À mon travail avec des personnes nécessitant des soins, je suis assez souvent témoin de petits miracles, quand je prie saint Joseph pour son aide dans de pénibles situations. Ce sont souvent des gestes et méthodes compliqués, qui sont très difficiles à accomplir quand on est seul et demandent un grand déploiement de force – soudain ils sont faciles de la main. Particulièrement, lorsque j’implique les personnes avec lesquelles je dois surmonter ces obstacles et qui croient aussi consciemment ou inconsciemment à l’aide de saint Joseph. Cela réussit et donne de la certitude. Et c’est alors qu’on re­marque chez certaines personnes, même si elles sont men­ta­le­ment en recours, qu’elles s’associent immédiatement à mon appel au secours à saint Joseph et ainsi sans arrêt nous sur­mon­tons ensemble des moments “merveilleux”.
Même en compagnie des mourants, saint Joseph se tient tou­jours à mes côtés. Je peux lui recommander chaque âme et espérer à son intercession. C’est ainsi qu’on parvint égale­ment, malgré tous les refus visibles à la réception des saints derniers Sacrements de faire venir au dernier moment un prêtre pour une telle administration. Et je sais que saint Joseph et les prières ont aidé. (R. M.)

* * *

Expériences vécues