La fondatrice

Moi, Paula Schnei­der-Boden­mann, je m’éveillai à la lumière du monde le 6 août 1938. Mar­tis­berg, dans le can­ton du Valais en Suisse, était mon berceau natal.

 

Joseph, mon père, et Hélène, ma mère, étaient paysans des mon­tagnes et par­ents mod­èles. J’ai gran­di avec huit frères et sœurs, dont j’étais la qua­trième. J’étais une fille très joyeuse et tou­jours gaie, toute­fois timide et réservée. Il fal­lut que très tôt je prenne des respon­s­abil­ités, parce que ma mère mou­rut dans son jeune âge.

Après le col­lège, j’ai passé deux ans à l’école ménagère et plus tard je fis une année d’apprentissage chez une famille dis­tin­guée de den­tiste à Coire. Grâce à divers stages avancés comme aide-soignante à domi­cile et à l’hôpital, j’ai ter­miné mes études d’aide-soignante à domi­cile à Berne avec succès. 
 
 

Ma joie de vivre et ma gaîté ne m’empêchèrent pas de suiv­re le droit chemin. Après m’être acquit­tée de plusieurs années de pro­fes­sions, j’ai épousé le 5 juin 1965 Niko­laus Schnei­der de Ober­ri­et, dans le can­ton de St. Gall, avec lequel j’ai mené une vie con­ju­gale très har­monieuse. Je devins mère de qua­tre garçons aux­quels j’ai don­né tout mon cœur et aujourd’hui encore. 

En mars 1975, mon époux reçut de DIEU le devoir de remet­tre sans restric­tion sa vie au ser­vice de DIEU et de l’Église. DIEU inter­vint rad­i­cale­ment et pro­fondé­ment dans notre famille. En juin 1977, j’ai don­né de plein gré mais le cœur gros toute lib­erté à mon époux pour son sacerdoce. 

Main­tenant, je sou­tiens quo­ti­di­en­nement mon époux, l’Évêque-à‑l’Épée, dans sa dure voca­tion en tant qu’Instrument de DIEU. Il me nom­ma mère spir­ituelle et c’est ain­si que je partage ma vie avec mon époux, mes enfants et de nom­breux enfants spirituels.

Mère Paula
close

Lettre mensuelle

de la com­mu­nauté laïque
de saint Joseph