La fondatrice

Moi, Pau­la Schnei­der-Boden­mann, je m’éveillai à la lumiè­re du mon­de le 6 août 1938. Mar­tis­berg, dans le can­ton du Valais en Suis­se, était mon ber­ceau natal.

 

Joseph, mon père, et Hélè­ne, ma mère, étai­ent pays­ans des mon­ta­gnes et par­ents modè­les. J’ai gran­di avec huit frè­res et sœurs, dont j’étais la qua­triè­me. J’étais une fil­le très joy­eu­se et tou­jours gaie, tou­te­fois tim­ide et réser­vée. Il fal­lut que très tôt je pren­ne des responsa­bi­li­tés, par­ce que ma mère mou­rut dans son jeu­ne âge.

Après le col­lè­ge, j’ai pas­sé deux ans à l’école ména­gè­re et plus tard je fis une année d’apprentissage chez une famil­le dis­tin­guée de den­tis­te à Coi­re. Grâce à divers sta­ges avan­cés com­me aide-soi­gnan­te à domic­i­le et à l’hôpital, j’ai ter­mi­né mes étu­des d’aide-soignante à domic­i­le à Ber­ne avec succès. 
 
 

Ma joie de viv­re et ma gaî­té ne m’empêchèrent pas de suiv­re le droit che­min. Après m’être acquit­tée de plu­sieurs années de pro­fes­si­ons, j’ai épou­sé le 5 juin 1965 Niko­laus Schnei­der de Ober­riet, dans le can­ton de St. Gall, avec lequel j’ai mené une vie con­ju­ga­le très har­mo­nieu­se. Je devins mère de quat­re gar­çons aux­quels j’ai don­né tout mon cœur et aujourd’hui encore. 

En mars 1975, mon époux reçut de DIEU le devoir de remett­re sans restric­tion sa vie au ser­vice de DIEU et de l’Église. DIEU inter­vint radi­ca­le­ment et pro­fon­dé­ment dans not­re famil­le. En juin 1977, j’ai don­né de plein gré mais le cœur gros tou­te liber­té à mon époux pour son sacerdoce. 

Main­ten­ant, je sou­ti­ens quo­ti­di­en­ne­ment mon époux, l’Évêque-à‑l’Épée, dans sa dure voca­ti­on en tant qu’Instrument de DIEU. Il me nom­ma mère spi­ri­tu­el­le et c’est ain­si que je par­ta­ge ma vie avec mon époux, mes enfants et de nombreux enfants spirituels.

Mère Pau­la
close

Lettre mensuelle

de la com­mu­n­au­té laï­que
de saint Joseph