Il pouvait maintenant voir de la Gloire Ă  quel point sa vie Ă©tait riche, Ă  quel point la vie de JÉSUS sur terre est in­fi­ni­ment fĂ©conde, un seul chemin de souffrance et de croix, et ce Ă  quoi Il veut en venir, de par Sa mort sur la croix, de par Son Sang PrĂ©cieux, est d’arracher les hommes des tĂ©­nèbres de l’enfer.

Joseph attendait ses bien-aimĂ©s au Golgotha. Il se tenait spi­ri­tuellement avec Marie sous la croix, la soutenant et la con­so­lant. Joseph vit quel hĂ©ritage incroyable son bien-aimĂ© JÉSUS nous a laissĂ© Ă  nous les hommes – pour tous les temps. Le plus Grand, le plus Vrai, le plus SacrĂ©, l’Unique et le plus MystĂ©rieux: le Très Saint Sacrement de l’Au-tel, dont nous pouvons cĂ©lĂ©brer l’institution le Jeudi-Saint.

Les mots nous manquerons toujours Ă  nous autres les hommes, pour rendre dĂ»ment grâce, parce que nous ne pou­vons pas le saisir. DIEU ne donne qu’aux âmes très humbles un aperçu plus profond. Nous devons au moins apprĂ©cier, remercier et ne pas ... plus

Joseph avec Marie sous la croix

„Quand je serai exaltĂ© de la terre, Je les attirerai tous Ă  Moi.“ (Paroles de JÉSUS) Sur la croix, Il nous a rachetĂ©s, nous ĂŞtres humains, avec Sa terrible et douloureuse Passion, Son Sang PrĂ©cieux, nous a redonnĂ© la dignitĂ© d’ĂŞtre enfants de DIEU.

Joseph avait une très lourde croix Ă  porter, outre les per­sĂ©­cu­tions et les invectives de nombreuses personnes dans sa vie. En effet il savait des Saintes Écritures que le Messie viendrait et ne resterait pas inactif. Il savait qu’Il se­rait condamnĂ© Ă  mourir sur la croix. Cette pensĂ©e l’af­fli­geait jour après jour et durant les nuits. C’Ă©tait tellement tour­mentant et Ă©crasant pour lui. S’il n’avait pas  pu en parler Ă  sa très sainte Épouse, qui aussi le rĂ©confortait toujours Ă©nor­mĂ©­ment, lui montrait les mĂ©rites infinis et priait en elle silencieusement, il en serait mort.

Combien de fois s’Ă©tait-il Ă©vanoui parce qu’il n’arrivait pas Ă  trou­ver le sommeil dans la douleur et ne savourait aucun ali­ment. Saint Joseph se consumait au travail, dans la charitĂ© et dans une douleur immense pour ses bien-aimĂ©s.

Dans les derniers jours avant sa mort, son âme, son esprit, son corps étaient quasiment transparents de sainteté. Comme Marie disait, il avait quitté cette terre semblable à un ange.